Parler avec ses plantes n’est pas une idée folle!

Parler à vos plantes n’est peut-être pas si farfelu que ça en a l’air. En effet, plusieurs recherches affirment que cela les aide à pousser plus vite car elles sont plus réceptives aux variations sonores.

parler avec ses plantes

Parler aux plantes : Une expérience

Le concept de communiquer avec ses plantes pour les aider à mieux pousser tire son origine dans une expérience rendue célèbre par Masaru Emoto, un auteur, chercheur et praticien de médecine alternative japonais.

Dans ses expériences, Emoto et ses collègues ont découvert que l’eau exposée à des pensées et à des mots positifs formerait de beaux cristaux de glace lorsqu’il était gelé.

Au contraire, l’eau exposée à des pensées négatives (ainsi qu’à la pollution, d’ailleurs) formeraient des cristaux de glace assez « laids » étant gelé. Ici, l’aspect scientifique mais aussi spirituel, de part les conséquences de la pensée et des émotions étaient mesurées.

Alors que les expériences d’Emoto ont eu leur juste part de critiques – y compris des préoccupations quant à savoir si les expériences ont été correctement contrôlées pour réduire le risque de biais et d’autres types de confusion – les implications potentielles de ses découvertes sont importantes.

Les êtres vivants sont surtout composés d’eau.

Rappelons que le corps humain contient jusqu’à 60 % d’eau pour réaliser à quel point nos pensées, nos croyances et nos paroles peuvent avoir un impact sur notre santé.

Les plantes, quant à elles, contiennent encore plus d’eau, jusqu’à 90 %. Et curieusement, les recherches suggèrent qu’elles sont plus sensibles à leur environnement que nous ne le pensons.

Par exemple, une étude de 2004 publiée dans Colloids and Surfaces a révélé qu’un son d’environ 1,4 kHz peut stimuler la production d’hormone de croissance endogène dans les cellules végétales de chrysanthème. Cela peut alors déclencher la germination des graines et une meilleure croissance globale des plantes (pour référence, 1,4 kHz se situe dans une fréquence dite « normale » de la voix humaine).

De plus, en 2007, une équipe de chercheurs sud-coréens a découvert que jouer de la musique à environ 70 décibels (comparable à une conversation normale) active deux gènes qui jouent un rôle dans la photosynthèse des plantes.

Ces chercheurs ont également révélé qu’une fréquence sonore plus élevée provoquerait une plus grande activation des gènes. En d’autres termes, le son a induit un effet épigénétique sur les plantes qui pourrait potentiellement stimuler la croissance (en passant, cela est pertinent pour la santé humaine, car un nombre croissant de recherches épigénétiques montrent que les émotions négatives et le stress peuvent déclencher des changements dans l’ADN d’un organisme pouvant contribuer au développement de maladies chroniques).

Enfin, comme l’ont rapporté la BBC et d’autres organismes de presse, une étude d’un mois menée par la Royal Horticultural Society a prouvé que les plants de tomates poussaient plus rapidement s’ils pouvaient « écouter » les voix enregistrées des hommes et des femmes.

Les enregistrements ont été diffusés via des écouteurs placés directement sur le pot de chaque plant de tomate, et tous les plants de tomates de l’expérience ont été exposés au même environnement (sol, routine d’entretien, etc.).

Les plantes sont plus sensibles aux voix féminines

Dans l’étude, les voix féminines ont déclenché une croissance plus importante que les voix masculines. Le mécanisme exact derrière ce phénomène observé est toujours à l’étude, mais de nombreux chercheurs proposent que l’énergie vibratoire du son a un impact bénéfique sur les cellules végétales.

Parler à ses plantes : Un autre point de vue !

Bien sûr, il peut y avoir une explication simple et encore plus élégante pour expliquer pourquoi parler gentiment aux plantes semble stimuler leur croissance :

De nombreux chercheurs et horticulteurs suggèrent que les personnes qui offrent de l’affection verbale à leurs plantes sont probablement plus susceptibles de prendre soin des plantes d’une manière plus importante, comme en se souvenant de les arroser, de leur donner de la lumière, de l’engrais et de s’en occuper attentivement.

Parler avec ses plantes comporte plusieurs avantages.

Gardez à l’esprit que parler aux plantes est probablement bon pour nous aussi. Par exemple, nous savons que le sourire peut améliorer l’humeur d’une personne, même si le sourire est initialement posé (avec une interaction autant consciente qu’inconsciente).

Toutefois, une étude de 2015 publiée dans le Journal of Physiological Anthropology a révélé que l’interaction avec une plante d’intérieur peut aussi réduire le stress psychologique et physiologique des personnes présentes.

Ces chercheurs ont suggéré que l’interaction active avec les plantes supprime le système nerveux sympathique lié au stress, réduit la pression artérielle et favorise « des sentiments confortables, apaisés et naturels ». Vous l’aurez compris, ces interactions peuvent dépasser le domaine scientifique pour s’inscrire dans une démarche spirituelle, car les avantages liés aux interactions vont au-delà de la simple pousse.

Alors n’hésitez plus : chantez et parlez avec vos plantes préférées ! Il est tout à fait possible que votre interaction verbale soutienne les mécanismes déclencheurs de la biologie végétale qui favorisent la croissance – et à tout le moins, la pratique pourrait vous faire sourire et vous aider à vous sentir mieux à plusieurs niveaux !

Laisser un commentaire